dimanche 25 octobre 2009

Le désir d'enfant

Il y a eu un article dernièrement sur les raisons qui font qu'on a des enfants, sujet relativement tabou aujourd'hui: on ne fait plus d'enfants pour avoir de l'aide dans les champs, on n'en fait plus par respect de la religion (m'enfin, pour la majorité des couples) ni parce que les moyens contraceptifs n'existent pas... On en fait pourquoi alors? Parce qu'on est égoïste et qu'on veut un enfant à aimer, à materner? Parce qu'on veut combler un besoin, se sentir «complète»? Parce qu'on tente de sauver notre couple? Parce qu'ainsi va la vie et qu'il est impensable pour nous de faire autrement? Parce qu'on en a eu un, qu'on a aimé «l'expérience» et qu'on a eu envie de la répéter? Parce que c'est notre destinée? Parce que c'est une façon de concrétiser l'amour de notre couple? Parce qu'on est tombé enceinte sans le prévoir et qu'on accepte parce qu'on ne peut faire autrement? Parce qu'on aime tellement nos petits qu'on veut aimer encore ainsi? (reviens un peu à la notion d'égoïsme plus haut mentionnée) Ayayaye!

Est-ce qu'on a besoin d'avoir une raison? Lolll!

Une copine virtuelle a trouvé sa réponse dans les écrits de Milan Kundera:

«Avoir un enfant, c'est manifester un accord absolu avec l'homme. Si j'ai un enfant, c'est comme si je disais : je suis né, j'ai goûté à la vie et j'ai constaté qu'elle est si bonne qu'elle mérite d'être multipliée.»

Magnifique, non?

Je crois sincèrement que c'est de là que vient le désir d'enfant... Mon propre désir en tous cas! Et en adhérant à cette superbe philosophie, comment fait-on pour éteindre ce désir? Ça c'est une autre question à laquelle j'étais certaine d'avoir trouvé une réponse... Réponse très rationnelle il va sans dire, mais on s'accroche à ce qu'on peut, lolll! Jusqu'à ce que ça commence à être moins accrocheur...

J'ai goûté à la vie et malgré ses difficultés, je la trouve si bonne que j'ai décidé de la multiplier... 5 fois plutôt qu'une... Et il m'est en ce moment très difficile de ne pas la savourer à nouveau ;O)

Ainsi entourée, je n'ai d'autres choix que de la trouver belle cette vie! Et j'ai espoir en l'Homme, utopique je sais ;O) Je crois en mes enfants et en ce qu'ils pourront apporter à la société de demain... Je ne mets pas l'avenir entre leurs mains, mais je sais qu'à quelque part, dans des années d'ici, il y a aura 5 adultes parmi tant d'autres qui trouveront à leur tour que la vie est bonne... Du moins je l'espère...

Profond ça pour un dimanche matin ;O)

5 commentaires:

Mynaï a dit…

D'abord je dois dire que j'aime beaucoup la citation... Magnifique et me parle énormément.

Mais, c'est drôle, ça fait un bon bout que je me pose la question, en réaction à l'article et avant aussi, et je n'arrive pas à conserver l'angle du «pourquoi on fait des enfants». Je ne sais pas trop comment le formuler, mais pour moi je crois qu'il s'agit plutôt de «pourquoi on n'en fait pas». Je ne sais pas s'il en va de même pour tout le monde, mais pour moi porter et donner la vie est viscéral et instinctif, presque comme manger boire, respirer ou dormir. J'imagine que ce n'est pas anormal dans une optique de «survie de l'espèce». Bien honnêtement, je n'ai pas eu d'enfant tant que j'ai eu des raisons de ne pas en avoir. Un jour je n'ai plus eu de raisons, ni matérielles, ni émotives, m'en retenant et j'ai eu mon premier bébé, sans me demander pourquoi simplement parce que je le sentais dans mes trippes et que rien de rationnel, à mes yeux du moins, ne m'apparaissait y faire obstacle. Même chose pour mon deuxième bébé. Et il en sera sans doute ainsi pour un petit troisième, pour lequel on n'a pas à ce jour trouvé d'argument contre. Et ainsi de suite jusqu'au jour où une contingence quelquonque nous apparaîtra une justification valable à ne pas mettre un autre enfant au monde. Bref je crois qu'il n'y a rien de rationnel au désir d'enfant, que la raison n'a à voir qu'avec le non-désir, qu'il soit permanent ou circonstanciel.

Je me relis et c'est un peu confus, mais j'espère qu'on arrivera à saisir l'idée... C'était mon grain de sel sur le «désir d'enfant»!

Hop mama a dit…

Ton message est très clair Mynai!

Et tu as tout à fait raison, c'est le non-désir d'enfant, qu'il soit permanent ou circonstanciel, qui est rationnel... J'aime bien ton allusion à la survie de l'espèce!

«Pourquoi en n'en fait pas»? Oh, on ne manque pas de raisons pour ça! Beaucoup plus facile d'écouter sa tête que d'écouter son coeur; plus facile que d'expliquer l'inexplicable ;O)

Merci pour ton passage chez moi!

M comme...Maman a dit…

Je savoure avec toi ce plaisir de multiplier les bonheurs. La vie est tellement belle à leurs côtés! Merci pour le partage de cette belle citation; je l'ai fait suivre à mon chum d'amour! Un 4eme, hum? Peut-être bien que oui! Un beau gros OUI!!! ;-)

Jane a dit…

Je trouve la citation effectivement très belle.

Je trouve pas vraiment égoïste le fait de vouloir des enfants. C'est plutôt un acte de générosité.

On donne la vie. On donne notre temps. On donne notre amour inconditionnelle. On donne des valeurs. Des idées. Et cela tout au long de leurs vies! :)

Alors, je ne trouve pas qu'avoir des enfants c'est égoïste.

Hop mama a dit…

Mcommemaman, je te lis avec un gros sourire :O)))

Jane, je suis totalement, complètement, unanimement d'accord avec toi; il n'y a rien d'égoiste au fait d'avoir des enfants... C'est le plus beau des dons des soi... Merci d'être passée :O)